Dans les coulisses du pôle reproduction

Comme nous l’espérions, l’arrivée du mâle, Cairn, auprès des deux femelles a abouti à la naissance des premiers chiots « made in Jura » du pôle reproduction du PGPJ.

Une portée de quatre chiots, trois mâles et une femelle, a vu le jour le 19 juin 2008. La mère, Alba, a mis bas dans la bergerie au milieu des moutons. La naissance des chiots au sein du troupeau est très importante en termes d’attachement envers les moutons.

Au cours des semaines à venir une éducation propre à leur future fonction leur sera dispensée par P. Jouvenceau mais les adultes, de par leurs attitudes, contribueront également à cette éducation.

L’appellation « made in Jura » donnée aux chiots du PGPJ ne caractérise pas une nouvelle race de Patous jurassiens. Elle se rapporte à leur lieu de naissance mais surtout à l’éducation qu’ils vont suivre. En effet, les conditions d’élevage des moutons dans le Massif jurassien sont différentes de celles pratiquées dans les Alpes ou les Pyrénées. Dans le Jura, les troupeaux sont petits ou moyens  et ne déambulent pas sur d’immenses estives. Les animaux sont parqués sur de petites surfaces et l’éducation des chiens doit être adaptée à cette pratique.

Comme partout ailleurs, les chiens de protection doivent être calmes, dociles et non agressifs mais dans le Jura, il faut surtout qu’ils apprennent à rester seuls dans les parcs sans sauter les filets. Contrairement aux grandes estives alpines où les chiens accompagnent les troupeaux, les filets ou clôtures des parcs dans le Jura matérialisent la zone à protéger en cas de présence de prédateurs mais également la limite à ne jamais franchir.

Vous pourrez suivre l’évolution des chiots et leur éducation dans cette rubrique au cours des mois à venir…

8 jours

Les chiots, nés dans la bergerie, sont en contact permanent avec le troupeau. Encore aveugles, ils perçoivent les bêlements des moutons. Alba veille sur eux en permanence.

26 jours

Encore patauds, les chiots commencent à découvrir leur environnement et l’imprégnation avec le troupeau se poursuit.

67 jours

A deux mois, les chiots ont commencé à se nourrir d’aliments solides. Ils jouent et une hierarchie commence à s’établir entre eux. Il est indispensable de leur laisser des « jouets » à disposition (bouteilles plastique, gros os, bûches de bois) pour qu’il fasse leurs dents et se défoulent sur ces objets plutôt que de jouer avec les oreilles ou les queues des agneaux.

69 jours

Première visite chez le vétérinaire pour les vaccinations et l’insertion des puces d’identification. Les chiots ne présentent aucun stress apparent, ils se laissent manipuler calmement et attendent patiemment leur tour !

82 jours

Quelques jours après les vaccinations, les chiots sont sortis à l’extérieur pour débuter leur protocole éducatif. Ils sont installés dans un petit parc, avec un filet électrifié, en compagnie d’agneaux. Les décharges électriques qu’ils vont recevoir en touchant le filet vont les inciter à respecter cette limite qu’ils ne devront plus franchir. Moins d’une semaine après leur sortie, les chiots « ont compris » et se tiennent à distance du filet. Leurs jouets sont à disposition dans le parc et les chiots multiplient les contacts avec les moutons.